Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de sarah
  • Le blog de sarah
  • : le bonheur pur et simple avec le maternage.
  • Contact

Profil

  • sarah
  • mère comblée de 5 enfants, passionnée par le maternage et le naturel.
  • mère comblée de 5 enfants, passionnée par le maternage et le naturel.

http://www.deezer.com/album/262439         

Recherche

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:55

JOHN-INNES-compost.jpg

 

Aujourd’hui, c’est un constat, nous produisons trop de déchets et notre Terre en souffre. Revaloriser notre poubelle est un premier geste qui va permettre de réduire la surproduction des ordures ménagères. Après le recyclage de cartons, plastiques, verre ou autres encombrants, il reste encore 29 % de détritus, comme les résidus alimentaires et de jardin, qui sont compostables.

 

 

Le compostage est un phénomène naturel de transformation des déchets organiques. Ce procédé est dû à des milliers de macro et micro-organismes qui vont se nourrir des constituants des matières et rejeter leurs propres excrétions d’enzymes. Grâce à ces derniers, on obtient, au bout de quelques mois, un humus riche en carbone et en azote. C’est ce résultat qui, utilisé comme engrais, va enrichir le sol en apportant les éléments essentiels à la vie des végétaux.

 

Types de déchets compostables :

 

Après chaque tâche du quotidien le compostage intervient.

Par exemple en cuisine, plusieurs déchets comme les épluchures, les restes de légumes et de fruits (sauf les agrumes), les boîtes et coquilles d’œuf, le marc de café, les sachets de thé ou encore les croutes de fromage font un excellent apport nutritif au compost. Cependant, faîtes attention aux plantes en graines qui peuvent germer, notamment la tomate.

Lors de l’entretien de notre jardin et de notre extérieur, il y a là aussi des déchets utiles au compost tels que le gazon tondu (en faible quantité), les feuilles mortes, les fleurs fanées, les haies coupées, …

Même dans le reste de la maison, avec les cendres de cheminée, les mouchoirs en papiers ou l’essuie-tout non gras nous pouvons contribuer encore une fois à la revalorisation de nos déchets.

Toutefois, gardez bien à l’esprit que tout ce que vous mettez dans votre compost se retrouvera dans vos légumes, n’y jetez rien de polluant ou toxique.

 

    Commencer le compost :  

 

Il faut savoir qu’il existe deux manières de composter : soit en tas sur le sol directement en plein air, soit à l’aide d’un composteur en bois, métal ou plastique. La deuxième solution étant la plus choisie car elle supprime plusieurs inconvénients comme le visuel et surtout celui d’attirer les « nuisibles » tels que les rats.

Tout d’abord, pour bien démarrer, il vous faut choisir l’emplacement idéal du composteur. Il devra être placé directement sur le sol afin de permettre à la faune de le coloniser rapidement et de circuler librement. Installez-le dans un endroit semi-ombragé, un peu à l’abri des intempéries et éloigné des voisins.

Ensuite, préparez une couche de fond avec des brindilles et des branches coupées. Ce fond permettra une bonne aération. Puis, lors des premiers apports, mélangez bien les nouveaux déchets avec ceux déjà déposés. Au début du compostage, il est impératif de le brasser environ une fois par semaine pour bien alimenter en oxygène les micro-organismes très actifs à cette période. Par la suite, une à deux fois par mois suffiront. Et par temps chaud, pensez à arroser mais sans excès.

Afin de réussir votre compost, il est essentiel de bien mélanger les déchets et ce pour plusieurs raisons :

Pour éviter un compost trop mouillé qui, entraînera un tassement et une asphyxie, associez les secs (feuilles mortes, branches, papier…) avec les humides (marc de café, sachet de thé, déchets de cuisine…). Il en est de même pour échapper à un compost trop sec qui ne favorisera pas le développement des micro-organismes et des insectes.

En ce qui concerne les azotés (épluchures, gazon, feuilles vertes…), il faut les associer avec les carbonés (branches, copeaux, écorces, papier…) puisque d’un côté on a une dégradation très rapide avec une tendance à pourrir et de l’autre une très lente. Par conséquent, le mélange entre ces deux types est donc très important, il crée un juste équilibre.

Une autre chose primordiale dans le compost est son aération. Etant donné que les déchets fins (cendres de bois, épluchures de légumes…)  ne laissent pas passer l’air indispensable au développement de la microfaune, il est important de les joindre aux déchets grossiers (branches…) car ces derniers créent des espaces suffisants pour une bonne aération du compost.

 

Petite astuce pratique pour intégrer plus facilement ce geste dans votre quotidien : ayez, dans votre cuisine, un petit seau avec couvercle, qui vous permettra de stocker plusieurs jours vos déchets ménagers. Videz-le ensuite dans votre composteur.

 

Utiliser le compost :

 

Au bout de quelques mois, entre six et douze, le compost est de couleur sombre avec une odeur agréable de terre de forêt et a une texture fine et friable. Il est alors prêt à être utilisé.

Que ce soit aux pieds des arbres fruitiers, pour votre pelouse ou encore dans votre potager, cet humus est l’engrais idéal pour favoriser la croissance de toutes vos plantations.

 

 

 

 

Repost 0