Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de sarah
  • Le blog de sarah
  • : le bonheur pur et simple avec le maternage.
  • Contact

Profil

  • sarah
  • mère comblée de 5 enfants, passionnée par le maternage et le naturel.
  • mère comblée de 5 enfants, passionnée par le maternage et le naturel.

http://www.deezer.com/album/262439         

Recherche

27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 10:09

DSC03182

 

Quel bonheur de sentir cette odeur toute chaude… Quelle douce mélodie que d’entendre la croûte chanter à la sortie du four… Et quel ultime plaisir que de déguster ce beau pain fait de nos propres mains !

 

 

Tout le monde est capable de faire du pain, il est de la portée de chacun de pétrir, de façonner et de cuire mais à condition de respecter certaines règles. Au fur et à mesure de votre expérience, votre savoir-faire s’améliorera.

 

Les farines :

La farine résulte de la mouture du grain d’une céréale. L’enveloppe du grain peut être enlevée complètement, en partie ou pas du tout, ce qui donnera une farine blanche, semi-complète, complète ou intégrale. Cette enveloppe contient tous les minéraux et vitamines alors que le grain ne contient que de l’amidon. Cette distinction du grain à toute son importance quant à l’utilisation que vous en ferez. Par exemple, la farine de blé est classée par types de T45 à T150. Il faut savoir que la T45 est destinée à la pâtisserie, la T65 est la farine classique pour le pain et au-delà elle est destinée aux pains spéciaux tels que le pain de campagne.

Les céréales les plus utilisées sont le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. Toutefois, on peut également se servir, dans la fabrication de notre pain, de farine de quinoa ou encore de châtaigne. Par contre, ces dernières, étant moyennement panifiables, il vaut mieux les mélanger avec une farine qui le soit telle que le blé, l’épeautre, le petit épeautre, ou le kamut. Il existe aussi de la farine de riz qui, quant à elle, ne contenant pas de gluten et est utilisée par les intolérants. Attention l’absence de gluten fait que vous n’aurez pas un pain bien levé.

 

Le levain ou la levure :

Afin que le pain puisse lever, il a besoin d’un ferment qui va dégager de l’air et de la chaleur.

Pour ce faire deux méthodes s’offrent à vous, soit à base de levure de boulanger sèche ou fraîche, soit avec un levain naturel. Pour la première méthode un simple achat suffit, pour la deuxième un peu d’huile de coude est nécessaire mais aussi un peu de patience puisque le levain demande plusieurs jours pour murir mais, il permet d’obtenir un pain au goût incomparable qui se conserve bien mieux.

Pour faire un bon levain, commencez par mélanger 60g de farine de seigle avec 3cl d’eau minérale et une cuillérée de miel. Travaillez le tout du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse et ferme. Placez cette pâte dans un petit bol recouvert d’un torchon et laissez reposer 2 jours à température ambiante loin des courants d’air. Au bout de ce laps de temps, vous obtiendrez sous une fine croûte, une pâte aérée, humide au parfum doux. Puis, retirez la croûte et procédez au premier rafraîchissement en délayant la pâte dans 6cl d’eau minérale. Ajoutez ensuite 120g de farine et pétrissez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Posez la pâte dans un saladier recouvert d’un torchon et laisser reposer à nouveau 2 jours. Vous obtiendrez alors sous une croûte fine, une pâte gonflée, aérée et à l’odeur plus prononcée. Pour finir retirez une nouvelle fois la croûte et effectuez le second rafraichissement en ajoutant 12cl d’eau et 225g de farine. Bien pétrir puis laissez poser 8 à 12h. Le levain est alors bien levé avec une odeur piquante mais agréable. A ce stade, il est prêt à être incorporer à votre pâte qui lèvera cependant plus lentement.

 

Le mélange et le pétrissage:

Le mélange est la toute première opération que vous allez réaliser après avoir pesé vos ingrédients. L’idéal est de faire de larges mouvements avec la main en répartissant bien l’eau tiède petit à petit afin de combiner tous les ingrédients. Le pétrissage va permettre de rendre actif le gluten contenu dans la farine et enfermer des petites bulles de gaz pour rendre la pâte légère. Effectuez le pétrissage sur un plan de travail propre et fariné pour que la pâte ne colle pas. Commencez par enfoncer fermement votre poing dans la masse puis poussez en avant pour bien l’étirer et ramenez l’extrémité vers vous pour en faire une boule. Faîtes tourner votre pâte d’un quart de tour et recommencer l’opération précédente. Poussez, ramenez, tournez à faire huit fois afin d’obtenir une pâte ferme et élastique.

 

La levée :

Après le mélange et le pétrissage, la pâte est prête pour la première levée. La levure ou le levain vont fermenter et dégager du gaz carbonique et modifier les amidons et les enzymes de la farine. Il faut que vous entreposiez votre pâte dans un endroit chaud (24/27°) à l’abri des courants d’air. Il est possible de poser le récipient contenant la pâte près d’un radiateur ou dans le four légèrement préchauffé et éteint. Il est très important de protéger votre préparation soit avec un torchon humide, soit avec un film alimentaire huilé afin d’éviter qu’une croûte ne se forme. Le temps nécessaire à la levée dépend du type d’agent levant et de la température à laquelle la pâte est entreposée. Cela peut varier d’à peine deux heures à toute une nuit dans un endroit frais. Vous pouvez faire retomber la pâte en l’écrasant avec le poing une ou deux fois pendant la levée. Cette opération a pour but de redistribuer les gaz dégagés par la fermentation. La texture du pain y gagne en homogénéité ce qui permet d’obtenir une mie très aérée et plus gouteuse.

 

Le façonnage et la dernière levée :

Sur le plan de travail très légèrement fariné, écrasez la pâte au poing et divisez-la éventuellement en parts égales. Vous pouvez à présent donner au pain la forme désirée. Par exemple, pour des pains « longs » aplatissez la pâte afin d’obtenir un rectangle. Puis, repliez en deux en ramenant le haut vers vous, soudez les bords en pinçant avec vos doigts. Renouvelez l’opération puis roulez les cylindres ainsi obtenus d’avant en arrière avec les doigts allongés. Autre exemple, pour les pains en boule, faîtes une galette puis repliez là par-dessous. Ce n’est pas toujours très facile, mais le coup de main vient avec l’expérience.

Si vous désirez faire cuire votre pain dans un moule, placez votre pâte directement dans celui-ci en prenant soin de l’huiler s’il n’est pas en silicone. Si votre pain est destiné à cuire directement sur la plaque du four, placez-y votre pâte sur un papier cuisson. La soudure du pain, appelée aussi la clé doit se trouver en dessous. Toutefois, avant la cuisson, la pâte va subir une dernière levée plus brève que la première. Elle se fait de la même manière à chaude température, à l’abri des courants d’air et protégée par un torchon ou un film alimentaire. Le temps à prévoir à ce stade constitue un point épineux car s’il est trop court le pain va s’étaler s’il est trop long la pâte s’effondre. Une astuce consiste à prélever au pain avant le façonnage, une noix de pâte et de la mettre dans de l’eau bouillante en même temps que la mise à lever des pains. Quand la pâte remonte à la surface, le pain est prêt pour la cuisson au four.

 

La cuisson :

La pâte levée, le four chauffé à bonne température il ne reste plus qu’à entailler le pain ou à le badigeonner d’eau, d’huile ou d’œuf avant de la mettre à cuire. L’entaillage du pain autrement appelé grignage consiste à l’inciser avec une lame très coupante très rapidement et ce juste avant de l’enfourner. Cette opération a pour effet de contrôler le gonflement de la pâte pendant la cuisson et d’accentuer sa levée.

Il est important de générer beaucoup d’humidité dans le four, pour ce faire posez un récipient d’eau à même la sole et pulvérisez de l’eau sur votre pain au cours des première minutes de cuisson. Une fois la cuisson terminée il faut laisser refroidir votre pain avant de le couper afin que l’humidité s’échappe et que le pain ait une jolie mie bien aérée et non une mie lourde et collante. Enveloppez-le d’un linge et laissez le refroidir sur une grille pour avoir une croute bien croustillante.

Pour une mise en pratique voici la recette de la Baguette :

Pour 4 baguettes

  • 60 cl d’eau tiède

  • 2 cc de sel

  • 300 g de farine T65

  • 600g de farine T55

  • 15g de levure fraiche ou 2 sachets de levure de boulanger sèche.

Dans un grand saladier, mélangez la farine T65 avec 40cl d’eau tiède, la levure et le sel. Battez vivement avec une cuillère en bois. Couvrez et laissez tripler de volume à température ambiante. Incorporez le reste d’eau, la farine T55 et malaxez jusqu’à ce que la pâte soit lisse. Retournez celle-ci sur un plan de travail fariné et pétrissez-la 10 minutes. Laissez la pâte lever 2h dans un récipient recouvert d’un film huilé dans un endroit chaud. Une fois qu’elle a doublé de volume, placez-la sur votre plan de travail fariné et divisez-la en 4 parts de 400g. Roulez-les en boule et laissez poser 5 min soudures au-dessous. Puis façonnez-les en forme de baguettes de 30 cm de long. Déposez-les sur la plaque du four garnie de papier cuisson et recouvrez d’un film plastique huilé. Laissez reposer 1h à 1h30. Pendant ce temps, préchauffez votre four à 230°, thermostat 8, déposez un récipient d’eau sur la sole. Une fois la dernière levée terminée (si vous appuyez sur la pâte avec un doigt fariné, elle ne doit pas se redresser), incisez les pains avec une lame bien effilée de 4 entailles diagonales. Glissez la plaque dans le four et pulvérisez immédiatement les pains d’eau. Renouvelez la pulvérisation au bout de 2 minutes puis au bout de 5 minutes. Faites cuire environ 20 minutes environ : le fond des pains doit sonner creux. Laissez refroidir sur une grille. Bonne dégustation…

 

La machine à pain (MAP):

La machine à pain vous permet d’obtenir du pain tout frais en ajoutant juste les ingrédients dans la cuve. Cependant on peut vite se lasser de la forme cubique du pain c’est pourquoi il est possible de pétrir et laisser lever dans sa machine à pain puis de façonner à la main et après la dernière levée faire cuire au four.

Pain à l’ancienne en MAP

Versez dans la cuve les ingrédients dans l’ordre suivant :

  • 450ml d’eau

  • 2cc de sel

  • 650g de farine T65

  • 50g de farine de seigle

  • 1 sachet de levure sèche

Placez la cuve dans la machine sélectionner le programme adapté aux pains spéciaux. A la fin du programme démoulez et faites refroidir sur une grille.

Pain au levain

  • 150g de levain

  • 275g d’eau

  • 500g de farine

  • 2cc de sel

Deux solutions s’offrent à vous soit vous pétrissez à la main soit vous pétrissez et laissez lever dans votre MAP. Quand la pâte a doublé de volume, ce qui prend plus de temps qu’avec la levure, prélevez 150g de pâte qui vous servira de levain lors de la prochaine fournée puis  façonnez votre pain en boule ou dans un moule à cake et laissez à nouveau lever sous un film plastique huilé. Pendant la fin de la levée, préchauffez votre four à 250° et ajouter un récipient d’eau au fond du four. Incisez en croix puis enfournez rapidement et pulvérisez 3 fois au cours des 5 premières minutes de cuisson Cette opération doit s’effectuer très rapidement afin de conserver le maximum de vapeur dans le four. A la fin de la cuisson, faîtes refroidir le pain sur une grille. Le pain au levain est bien meilleur après 8 heures de repos.

 

 

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 15:40

yaourt_cuillere_bleue.jpg

 

Sains, économiques et écologiques, les yaourts maison font de plus en plus d’adeptes car, avec ou sans yaourtière, ils sont très simples à faire.

 Le yaourt est une préparation obtenue par la fermentation du lait. Deux bactéries sont à l’origine de cette fermentation ; le lactobacillus bulgaricus qui apporte l’acidité et le streptococcus thermophillus qui développe les arômes.

 

Avantages :

 

Faire ses yaourts soi-même permet d’obtenir un produit de qualité sans ajouts d’épaississants, d’émulsifiants, de conservateurs et/ou d’autres additifs artificiels néfastes à notre santé.

De plus, de nombreux yaourts ne sont en fait que des spécialités laitières car ils contiennent entre autre de la gélatine animale qui depuis la crise de la vache folle est porcine. Cet ajout, pas très clairement spécifié sur les emballages rend le produit inconsommable pour les personnes de religion musulmane ou juive et pour les végétariens. Il est donc très utile là encore de fabriquer ses yaourts car cela ne nécessite aucunement l’utilisation de gélatine.

L’aspect économique n’est pas négligeable car produire ses yaourts permet de réaliser une économie annuelle d’environ de 45%.

Autre côté très intéressant : l’écologie. Le fait de fabriquer ses yaourts évite la production d’emballages, la consommation de carburant pour livrer le produit et permet de contrôler la provenance du lait.

 

Procédés :

 

Le principe de base pour réussir un yaourt est d’amener la température du lait mélangé au ferment entre 40°et 45° et de laisser étuver plusieurs heures. Pour ceci deux possibilités s’ouvrent à vous :

 

A la yaourtière :

 

Mélangez 1 litre de lait, de préférence du lait entier, avec 1 sachet de ferment ou 1 yaourt nature. Si toutefois, vous utilisez du lait demi écrémé ou écrémé, ajoutez 3 ou 4 cuillères à soupe de lait en poudre afin que vos yaourts soient bien fermes. Incorporez ensuite les arômes désirés et versez la préparation dans les pots puis mettez-les dans la yaourtière pour 8h/12h. Plus le lait est écrémé, plus le temps dans l’appareil doit être prolongé afin d’assurer la fermeté du yaourt. Au bout de ce laps de temps, réservez vos yaourts au frais durant 2h avant de les déguster.

 

Sans yaourtière :

 

Il existe différentes façons de procéder pour obtenir de bons yaourts sans yaourtière. Pour cela prenez la même base de départ. En premier lieu, faîtes bouillir 1 litre de lait et laisser tiédir jusqu’à obtenir une température de 45°. Cette opération prend environ 30 minutes. Petite astuce pratique pour apprécier la température de votre préparation, trempez-y votre doigt : vous devez le laisser dans le lait 10 secondes sans vous brûler. Ajoutez ensuite 1 yaourt ou 1 sachet de ferment. Si vous utilisez du lait demi écrémé ou écrémé, ajoutez 40g de lait en poudre. Mettez rapidement en pot. Une autre technique consiste à faire bouillir la moitié du lait, d’incorporer le ferment ou le yaourt dans la moitié de lait froid et de mélanger le tout avant de mettre en pot.

Il va falloir ensuite garder la chaleur durant plusieurs heures afin que les bactéries se multiplient. Pour ce faire plusieurs solutions sont possibles :

 

A la cocotte-minute : mettez un fond d’eau dans votre cocotte et faire tiédir (environ 45°). Placez ensuite vos pots et fermez pour toute une nuit. Vous pouvez placer votre cocotte près d’un radiateur pour encore plus d’efficacité ou encore dans un four éteint qui a été très légèrement préchauffé. Si vous ne possédez pas de cocotte-minute, il vous est également possible d’utiliser le même procédé avec une casserole et un couvercle mais dans ce cas recouvrez l’ensemble d’une couverture.

 

Au four : pendant que votre lait refroidit, préchauffez votre four à 50°. Placez les pots fermés sur la plaque et laissez votre four allumé pendant 1h30. Au bout de ce temps, éteignez votre four et laissez les pots toute une nuit. Ne surtout pas ouvrir le four afin de ne pas perdre de la chaleur.

 

Au soleil : Pendant la période estivale, vous pouvez placez vos yaourts dans une cocotte en plein soleil et laisser étuver pendant 4/5heures.

 

Quelle que soit la méthode utilisée, avant de déguster vos yaourts, il vous faudra les laisser refroidir au frais au minimum 2h.

 

Les laits :

 

 

En général, le lait de vache est celui le plus utilisé pour la confection des yaourts. Cependant, il est possible d’en faire avec du lait de chèvre ou de brebis en ajoutant toutefois un peu de ce même lait en poudre.

 

En ce qui concerne les laits végétaux, seul celui de soja peut donner de bon résultat pour obtenir des spécialités laitières qui se tiennent. Il est possible d’ajouter un peu d’agar-agar pour encore plus de fermeté.

 

Malheureusement, vous ne pouvez pas amplifier la qualité nutritive de vos yaourts à l’aide de votre lait maternel, il ne s’y prête pas. Le lait maternel ne fermente pas. Il en est de même pour l’utilisation d’un lait 2ème Âge

 

Repost 0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 13:33

qu-il-est-bon-de-materner-20120722_123613-1_1.jpg

 

Voici venue la saison des glaces et des sorbets. Pour des raisons économiques, écologiques et surtout de goût, les « faîtes maison » sont bien meilleures. Cependant, le fait d’acheter un énième appareil électroménager peu en rebuter plus d’un.

 

 

Acheter des glaces pour toute la famille peut très vite devenir coûteux surtout si vous souhaitez faire plaisir à tous en fonction des préférences de chacun. De plus, il est nécessaire de rappeler que de nombreux additifs nuisibles à la santé sont présents dans les produits industriels. Par conséquent, il est judicieux de faire vos glaces et sorbets vous-même. Afin de pouvoir déguster de bonnes glaces avec vos enfants, il n’est pas nécessaire d’investir dans une sorbetière, juste quelques ingrédients sont utiles pour la réalisation de recettes simples, rapides et pas moins délicieuses. Une multitude de recettes sont possibles pour régaler petits et grands, en voici quelques-unes.

 

Recettes :

 

  • Fraises-bananes :

 

Mixez 12 fraises avec 2 bananes préalablement surgelées. Ajoutez 2 cuillères à soupe de yaourt et 1 cuillère à soupe de miel. Vous pouvez consommer votre glace de suite.

  • Framboises :

Mixez 300g de framboises avec 45g de sucre, le jus d’un demi-citron et un blanc d’œuf. Versez le mélange dans un moule à cake puis réservez dans le congélateur toute une nuit. Le lendemain, découpez en morceaux la glace obtenue puis mixez à l’aide d’un blender ou d’un pied plongeant jusqu’à ce que le mélange soit lié.

 

  • Chocolat :

 

Battez la moitié d’un verre de sucre avec 3 jaunes d’œuf (réservez les blancs), incorporez y 50cl de crème fraîche épaisse et 1 tablette de chocolat fondu. Montez ensuite les blancs en neige avec une pincée de sel et un demi-verre de sucre glace. Ajoutez cette préparation à l’autre puis mettre dans le congélateur 3 heures minimum.

 

  • Chocolat blanc-noix de coco :

 

Faites bouillir 20cl de crème fraîche puis ajoutez hors du feu 150g de chocolat blanc et 4 cuillères à soupe de noix de coco. Laissez fondre. Montez en neige 2 blancs d’œuf avec 25g de sucre. Mélangez les deux préparations puis versez dans des ramequins que vous laisserez reposez au congélateur pendant 3 heures minimum.

 

  • Fruits rouges :

 

Mélangez 6 yaourts avec 3 cuillères à soupe de miel liquide et ajoutez 300g de fruits rouges surgelés. Mélangez délicatement à l’aide d’une spatule. Réservez dans le congèle durant 3 heures.

 

  • Orange :

 

Mélangez 60cl d’oranges pressées avec le jus d’un demi-citron, 1 blanc d’œuf et 4 cuillères à soupe de sucre. Mettre ensuite à congeler pendant 3 heures.

 

  • Sirop :

 

Mélangez 1 volume de sirop bio au choix avec 7 volumes d’eau puis mettez dans le congélateur pour 3 heures.

 

  • Confiture :

 

Fouettez 200g de lait concentré non sucré avec 100g de confiture au choix. Gardez à congeler durant 6 heures.

 

 

En cas d’intolérance aux protéines de lait de vache, ou simplement par convenance, il est tout à fait possible de réaliser la plupart de ces recettes avec des laits végétaux tels que ceux d’amande, de riz d’avoine ou encore de soja.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 13:00

SAM 3256

 

La chandeleur (ou fête des chandelles) est une fête célébrée en commémoration de la présentation de Jésus au temple de Jérusalem. De nos jours, c’est surtout un jour festif où l’on se régale de crêpes.

 

Tradition :

 

Au fil des années, le jour de la chandeleur est devenu le jour des crêpes. D’après certains, cette tradition remonterait à Gélose, pape qui offrait des crêpes aux pèlerins arrivant à Rome le jour de la chandeleur. Pour d’autres, la forme et la couleur des crêpes rappelleraient celle du soleil et par excellence la lumière, symbole de la fête des chandelles.

Quoiqu’il en soit, la fabrication des crêpes est entourée de superstitions. Auparavant, les paysans pensaient que leur blé moisirait s’ils ne confectionnaient pas des crêpes ce jour-là. Aujourd’hui encore, il est coutume de faire sauter les crêpes en tenant une pièce dans la main droite afin de s’assurer une année de prospérité. Pour les jeunes filles, qui souhaitent convoler en justes noces, elles doivent faire sauter six crêpes d’affilée pour se voir mariées dans l’année.

 

Quelques proverbes :

 

• « À la Chandeleur, l'hiver se meurt ou prend vigueur. »

• « À la Chandeleur, au grand jour, les grandes douleurs. »

• « À la Chandeleur, grande neige et froideur. »

• « Soleil de la Chandeleur annonce printemps, fleurs et bonheur. »

• « À la Chandeleur, la neige est à sa hauteur. »

• « À la Chandeleur, le froid fait douleur. »

• « À la Chandeleur, le jour croît de deux heures. »

• « À la Chandeleur, Quéré fait des crêpes jusqu'à pas d'heure. »

• « À la Chandeleur, Rose n'en sentira que l'odeur. »

• « Rosée à la Chandeleur, l'hiver à sa dernière heure. »

• « Si la Chandeleur dégoute, l'hiver est passé sans doute. »

• « Chandeleur à ta porte, c'est la fin des feuilles mortes. »

• « Chandeleur sans chaleur, crêpes sans odeur. »

• « Si point ne veut de blé charbonneux, manges des crêpes à la Chandeleur. »

 

Quelques recettes :

 

Si les traditions et les dictons sont nombreux, les recettes le sont tout autant. Sucrées ou salées, elles se prêtent à toutes les envies, à tous les goûts.

 

Recette traditionnelle

 

• 250 g de farine

• 1/2 l de lait

• 3 œufs

• 1 c. à soupe d'huile

• 1 pincée de sel

• 1 ou 2 c. à soupe d'eau

 

Mettez la farine dans une terrine puis faîtes un puits au centre et cassez-y les œufs entiers. Ajoutez ensuite l'huile, le sel et un peu de lait. Travaillez énergiquement la pâte avec une cuillère en bois. Mouillez progressivement avec le lait, jusqu'à ce que la pâte devienne homogène. Vous pourrez, à ce moment-là, ajouter de l’eau de fleur d'oranger, un peu de jus de citron ou encore de l'extrait de vanille. Ajoutez ensuite 1 à 2 c. à soupe d'eau. Bien fouetter pour éviter les grumeaux.

 

Laissez reposer la pâte pendant 1 heure, recouverte d'une serviette ou d'un chiffon propre. Au bout de ce temps, procédez à la cuisson en versant une louche de pâte dans une poêle légèrement huilée et laissez cuire environ 3 min chaque crêpe.

 

Galette de blé noir jambon-fromage :

 

• 250 g de farine de blé noir (Sarazin)

• 2 œufs

• 25cl d’eau

• 25 cl de lait

• 40 g de beurre demi-sel

• sel et poivre

 

Versez la farine dans un saladier et faîtes un puits au milieu pour y cassez les œufs. Fouettez ce mélange tout en ajoutant petit à petit le lait et l’eau. Terminez en incorporant le beurre fondu. Poivrez et salez selon votre convenance.

 

Laissez reposez votre pâte 2h puis faîtes chauffez votre crêpière ou votre poêle à crêpes. Faîtes ensuite fondre une noix de beurre salé puis versez une louche de pâte.

 

Faîtes cuire le premier côté puis retournez la galette. Cassez un œuf au centre poivrez et laissez légèrement blanchir. Ajoutez ensuite du fromage râpé et attendez qu'il fonde avant de terminez en ajoutant une tranche de jambon ou de blanc de dinde.

 

Enfin, rabattez deux côtés, puis repliez les deux autres.

 

Crêpes au lait végétal :

 

• 1 litre de lait végétal (lait de riz, de soja, d’amande ou d’avoine)

• 500 g de farine de blé

• 6 petits œufs

• 4 cuillères à soupe de sucre roux

• 4 cuillères à soupe d'huile de tournesol bio

• 1 bonne pincée de sel

 

Mettez dans une jatte la farine, ajoutez en son centre les œufs, le sucre et le sel. Versez une partie du lait en remuant jusqu’à obtenir une consistance lisse et épaisse. Versez ensuite le restant du lait et fouettez vivement. Puis, incorporez l'huile de tournesol puis laissez reposer au moins une demi-heure avant de les faire cuire dans une poêle avec un peu de matière grasse au fond.

 

Crêpes à la farine de châtaigne :

 

• 3 œufs

• 600 ml de lait végétal

• 150 g de farine T65

• 90 g de farine de châtaigne bio

• 3 à 4 cuillères à soupe de sucre complet bio

• arôme au choix (rhum, eau de fleur d'oranger, vanille, 3 à 4 gouttes d’huiles essentielles)

 

Verser les 2 farines dans une terrine puis creusez un puits afin d’y verser les 3 œufs et le sucre. Mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte bien homogène. Continuez de remuer en versant petit à petit le lait. Ajoutez l’arôme de votre choix. Laissez ensuite poser 1 heure. Pour finir, place à la cuisson des crêpes.

 

Crêpes arabes :

 

• 500 g de semoule extra fine

• 1 sachet levure à pain déshydratée

• 1 cuillère à soupe de sucre en poudre

• 750 ml d'un mélange eau/lait

• 1 petite cuillère à café de sel

 

Tout d’abord, diluez la levure et le sucre dans un peu d'eau et laisser reposer 30 minutes afin qu’elle "fermente". Mélangez ensuite, dans un saladier, la semoule, la levure, le sel et ajoutez progressivement le mélange eau/lait. Bien remuer le tout afin d'obtenir une pâte fluide et sans grumeaux. Laissez reposer la pâte pendant 2 heures dans une pièce tiède en la recouvrant d'un linge propre pour la protéger.

 

Après le temps de pause, mélangez la pâte et procédez à la cuisson dans une poêle à revêtement antiadhésif. Pour cela, faîtes des petites crêpes de 15 cm de diamètre environ en versant la pâte et en formant des ronds à l'aide d’une louche. Laissez cuire sur une seule face jusqu'à ce que les trous apparaissent à la surface de la crêpe.

 

Ces crêpes se dégustent tièdes arrosées de miel et de beurre fondu.

 

A chacun recette, le plus important est de profiter de ce jour de gourmandise pour passer un savoureux moment de partage en famille ou entre amis autour d’une bonne crêpe faite maison.

 

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 12:37

DSC06635.jpg

Avec des ingrédients bio c’est encore meilleur !!

 

  •          250g de sucre
  •          80 g de miel
  •          10cl de lait d’avoine)
  •          1 gousse de vanille
  •          150 g de margarine

 

Versez dans une casserole le sucre, le lait, la vanille et le miel.

Portez à ébullition sans cesser de remuer.

 Incorporer la margarine coupée en petits dés peu à peu.

Baissez le feu et laisser cuire 15 minutes en remuant toujours.

Versez dans un moule rectangulaire bien huilé.

Laissez refroidir 2/3 heures.

Découpez en carrés réguliers.

 

A laisser fondre dans la bouche ! Délicieux !!

 

Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 14:32

recolte-riz.jpg

 

Préparation :

 

Rincer 4 cs de riz, y ajouter de l'eau (environ un grand verre).

 

Laisser tremper au moins 4 heures (au frais de préférence).

 

Jeter l'eau de trempage.

 

Mettre dans une casserole le riz et 1340 g. d'eau .

 

Faire bouillir et prolonger la cuisson en tournant 10 minutes environ.

 

Laisser reposer ¼ heure.

 

Mixer.

 

Filtrer au travers d'une passoire.

 

 

 Si ce lait vous semble trop épais, rajouter un peu d'eau et mélanger.

 

 

 

Ce lait est moins bon que le lait de riz commercialisé qui est très difficile à imiter, il n'est vraiment pas idéal, non plus dans un café ou un thé. Par contre, il peut s'utiliser dans de nombreuses recettes, sucrées ou salées, froides et chaudes, en substitution du lait de vache. Cuisiné, il convient bien aux mets salés car son goût est assez neutre : crêpes, béchamel, flan, crème, sauce, gâteau de semoule,  gratin dauphinois...

Autre avantage son coût : avec 1 kg de riz  et de l'eau, on fabrique environ 24 litres de lait de riz !

 

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 18:43

Egypte-Cairo-Vendeur-Pain-1.jpg

 

Pain égyptien ou lavash

 

Pour 15 petits pains:

 

280g d'eau tiède

Sel

450g de farine

1 sachet de levure de boulanger.

 

*Mettez la levure dans un peu d'eau tiède (environ un verre) de vos 280g d'eau tiède, laissez 15 min.

 

*Dans un saladier mettez la farine, ajoutez l'eau avec la levure, puis le reste d'eau, salez, pétrissez environ 10 min. (possible de mettre tous les ingrédients dans une machine à pain et de lancer le programme pâte).

 

*Recouvrez d'un linge et laissez reposez 1h à température ambiante.

 

*Retravaillez la pâte 5 min.

 

*Découpez la pâte en 15 boules de la taille d'un œuf.

 

*Laissez reposer 30 min.

 

*Farinez votre plan de travail et aplatissez chaque boule en galette de 15 cm environ

 

*Cuisez à la poêle 1 à 2 min de chaque coté.

 

pain_desert_egypte.jpg

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 18:16

algerie.jpg

1 kg de semoule fine

1 œuf entier et 1 jaune pour dorer

1 verre d'huile

1 verre à thé d'eau de fleur d'oranger ou d'eau de rose

1 cuillérée à soupe de grains de sésame

quelques grains d'anis.

3 cuillerées à café e sel

1/2 verre de lait

 

 

Préparation :


Dans une bassine, mettez la semoule, saupoudrez de grains de sésame, de grains d'anis et de sel.

 

Mélangez un peu avec les doigts puis creusez une fontaine.

 

Versez l'huile au centre, la levure diluée dans le lait tiède.

 

Pétrissez longuement la pate sans cesser de l'asperger d'eau d'oranger ou de rose tiède.

 

Rassemblez la pate en boule.

 

Laissez la reposer sous un torchon durant 1H.

 

Reprenez la pate, pétrissez la encore 10min en l'aspergeant d'eau jusqu'à ce qu'elle devienne homogène et tendre.


Ajoutez l'œuf entier, pétrissez à nouveau la masse avec la paume des deux mains travaillant en sens contraire.


Divisez la masse en deux ou trois pâtons. Les modeler en forme de  galette.


Disposez-les sur un plateau préalablement huilé et fariné.

 

Couvrez-les d'un torchon, et laissez reposer encore 2 h.

Préchauffez le four à 200°

 

Retirez le torchon, dorez les pains au jaune d'œuf, saupoudrez de quelques grains de sésame faites cuire 15min à 20min à feu modéré.

 

cuisson-du-pain-berbere-700-2538.jpg

 

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 13:36

pain-au-maroc-maroc102.jpg

300 g de farine.

200 g de farine de mais (polenta)

1cc de sel

250 ml d’eau tiède

20 g de sucre

1 portion de levure maison

 

Levure maison :

 

100g de farine

2CS de polenta

1CS d’huile d’olive

110 ml d’eau tiède.

 

Mélangez les farines dans un saladier.

 

Versez l’huile et 110 ml d’eau.

 

Travaillez la pâte 15 minutes jusqu’à ce qu’elle soit lisse et souple. Ajoutez au besoin un peu d’eau.

 

Saupoudrez de farine et formez une boule.

 

Placez dans une terrine graissée et laisser lever entre 12 et 24 heures.

 

 

 Fabrication du pain :

 

Délayer dans 100 ml d’eau tiède, la levure maison, le sel et le sucre, couvrir et laisser reposer pendant 15 minutes.

 

Dans un grand récipient  mettre les 2 sortes de farine, faire un puits au centre puis ajouter le mélange de  levure  petit à petit tout en mélangeant.

 

Bien pétrir pendant 15 minutes. La pâte doit être molle et lisse (possible de pétrir dans une machine à pain).

 

Couvrez la pâte avec un torchon humide et laisser reposer pendant 1 heure. La pâte doit doubler de volume.

 

Écrasez  la pâte plusieurs fois avec les poings faire  sortir l’air.

 

Formez 2 boules et étalez pour obtenir  2 disques de 2 cm d'épaisseur.

 

Couvrez et  laissez lever 1 heure ou 2 heures selon la température de la pièce.

 

Préchauffez le four à 220°  (placez un récipient d’eau au fond du four).

 

À l’aide d’une fourchette, faire quelques petits trous sur les pains.

 

Pulvérisez de l’eau sur les pains.

 

Enfournez pendant 30 minutes, jusqu’à ce  que la croûte soit bien dorée.

 

normal_410454732_52df6ca1de.jpg

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 12:09

 

 830667513_4416db467d.jpg

  • 22cl d’eau de source
  • 5cl d’huile d’olive
  • 2 œufs entiers  + 1 blanc (garder le jaune pour le badigeon)
  • 1cc de sel
  • 250g de semoule extra-fine
  • 250g de farine T80
  • 25g de levain fermentiscible. ( internet, magasin bio)

 

 

Mettre tous les ingrédients dans cet ordre dans la machine à pain.Si vous n’avez pas de machine à pain, vous pouvez pétrir au robot (avec les lames en plastique) ou encore à la main : mélangez  tous les ingrédients puis ajoutez l'eau petit a petit  jusqu'à obtenir une boule. Bien pétrir pendant 15 mn environ

 

Lancer le programme pâte.

 

Au bout d’1h30 environ, la pâte à doublé de volume.

 

La rompre au poing et la façonner en 2 boules.

 

Laissez détendre 10 minutes sur un plan de travail fariné.

 

Mettre sur la plaque du four avec un papier sulfuriser et laisser lever 1h. (Dans le four préchauffé a 30° et éteint.)

 

Préchauffer le four à 200° thermostat 6)

 

Une fois les pains bien gonflés, les dorer au jaune d’œuf +un peu de lait. Vous pouvez saupoudrer de graines de sésame ou de pavot.

 

Piquer à laide d’une fourchette puis enfourner dans le four chaud.

 

Cuire 20 minutes.

 

75ec486793b7e609092f3afcd767a2ef.jpg

 

 

Repost 0