Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de sarah
  • Le blog de sarah
  • : le bonheur pur et simple avec le maternage.
  • Contact

Profil

  • sarah
  • mère comblée de 5 enfants, passionnée par le maternage et le naturel.
  • mère comblée de 5 enfants, passionnée par le maternage et le naturel.

http://www.deezer.com/album/262439         

Recherche

6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 08:24

402084_3024194009965_1416196817_33291770_1010582846_n.jpg

 

L’hiver est une saison où de nombreux parents ne savent pas comment occuper leurs enfants. Heureusement, de nombreuses activités peuvent amuser les petits comme les grands durant toute cette période de l’année.

Il n’est pas toujours évident d’occuper son enfant les jours de pluie et de grand froid. Cependant, afin d’éviter que ce dernier s’ennuie toute la journée et qu’il finisse trop souvent devant votre téléviseur, vous pouvez proposer différentes manières de passer du bon temps en famille. Pour ce faire, voici quelques pistes.

 

 

 

Activités manuelles :

 

L’hiver peut être l’occasion de fabriquer une multitude de petits objets de décorations ou de choses utiles. Selon l’âge de vos enfants vous pouvez créer avec eux de jolis tableaux, des décorations pour Noël, des cartes postales, une étagère pour épices ou même un meuble en carton. Vous pouvez également leur proposer des activités telles que la pâte à modeler, la pâte à sel, les roller pop’s ou encore des dessins ou des coloriages à la peinture, aux feutre ou aux crayons. Une autre idée peut être de confectionner des savons, des gels douche ou encore des huiles de massage ou des bougies. Vous trouverez dans ce dossier quelques recettes maison pour des activités manuelles.

 

Jeux coopératifs :

 

Quand il fait froid et humide dehors, cela peut être l’occasion de jouer en famille à des jeux de société. Préférez alors des jeux coopératifs qui permettront à vos enfants de jouer ensemble sans frustrations ni déceptions. De plus, avec de tels jeux il n’y a donc ni de gagnants ni de perdants ce qui permet de jouer plus longtemps tous ensemble sans lassitude.

 

Sorties en plein air :

 

L’hiver est aussi synonyme de neige, à vous les batailles de boules de neige, les jolis bonhommes et autres créations enneigées ou encore les belles descentes en luge. Si le temps est sec, il est tout à fait possible de faire de jolies promenades bien emmitouflés dans des vêtements chauds. Ne soyez pas rebuter par le froid lors de vos sorties hivernales puisque finalement lorsque vous êtes en activité vous ne ressentez pas cette désagréable sensation.

 

Activités de motricité :

 

Là aussi les activités peuvent être nombreuses, vous pouvez danser, jouer à des jeux comme « 1,2,3 soleil » ou « Jacques a dit », faire des enchainements simples de gymnastique ou des petits parcours de motricité en installant des chaises, des coussins, des cerceaux et passer dessus, dessous, à côté, dedans…

 

Cuisiner :

 

Voilà une activité que les enfants affectionnent particulièrement. Lorsque vous cuisinez, associez vos enfants dans la confection de vos menus. Il est également fort distrayant de fabriquer du pain, des biscuits, des yaourts mais aussi des chocolats ou des bonbons pour les plus gourmands. Vous pourrez trouver sur internet plein de recettes faciles à faire avec vos petits.

 

Jeux calmes :

 

Parfois un peu de calme peut faire du bien à tous. Au lieu de toujours regarder la télévision vous pouvez proposer des massages, faire un peu de lecture ensemble ou encore chanter des chansons douces.

 

 

Repost 0
Published by sarah - dans jeux
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 06:44

382652_10150542473247774_107284662773_10619009_118318102_n.jpg

 

Noël est de nos jours devenu une fête « commerciale » qui demande trop souvent un gros investissement financier et peut provoquer à plus ou moins long terme de gros dégâts écologiques. Cependant Noël, est avant tout une merveilleuse fête porteuse de sens et de valeurs qui peut être vécue sans dépenses excessives et avec joie et magie dans le respect de votre budget et de la planète.

 Il est tout à fait possible de préserver la magie de Noël tout en limitant son empreinte écologique. Pour ce faire, il vous suffit d’adapter les grandes étapes de votre Noël habituel à de nouvelles pratiques...

 

 

La décoration :

 

Le sapin est et reste la décoration emblématique de Noël.

 

Il est important de savoir que, malgré ce que beaucoup pensent, les sapins artificiels ne sont pas une bonne alternative car ils génèrent, lors de leur fabrication, de grosses dépenses énergétiques et des déchets considérables lors de leur destruction. Par conséquent, ce type de sapins présente des effets fortement néfastes sur l’environnement.

 

Les sapins naturels, quant à eux, sont issus de plantations agricoles produites spécifiquement pour Noël qui permettent d'augmenter le taux d'oxygène et de réduire l'effet de serre. De plus, ils contribuent de façon saine et naturelle à la magie de Noël. Cependant, il est essentiel de vérifier la provenance de votre sapin en éliminant ceux qui viennent de loin ou encore ceux qui sont gorgés de pesticides. Privilégiez un sapin issu d’une culture intégrée, permet de préserver l’environnement tout en tenant compte des aspects économiques.

 

Certains n’utilisent pas de sapin mais préfèrent décorer une plante d’intérieur par exemple. Vous pouvez également faire appel à votre imagination en adaptant d’autres supports comme par exemple fabriquer un sapin en carton ou encore avec des bouteilles en plastiques que vous pouvez au préalable peindre.

 

 

Pour le reste de la décoration, vous pouvez les confectionner vous-même éventuellement avec l’aide de vos enfants dans du matériel de récupération et avec des matières telles que le carton, le papier ou le tissu. Vous pouvez aussi faire de très jolies décorations en pâte à sel, en chocolat et même en pain d’épice. En ce qui concerne les guirlandes électriques, favorisez celles qui utilisent des led et les guirlandes vendues avec des ampoules de rechange pour ne pas avoir à changer toute la guirlande en cas de panne. Pensez également à ne pas laisser votre guirlande allumée toute la journée ou toute la nuit.

 

Les repas :

 

Les repas de fête sont bien souvent trop lourds et difficiles à digérer. On ressort de table « gavé » et le ventre bien pesant d’avoir trop mangé. Afin d’allier plaisir et consommation responsable, il est important de manger moins mais mieux.

 

Pour commencer, évitez d’utiliser de la vaisselle et du linge de table jetable. Préférez des nappes et des serviettes en tissus ainsi que de la vaisselle lavable. Cependant, si vous recevez vraiment beaucoup de monde vous pouvez toutefois opter pour une vaisselle jetable respectueuse de l’environnement.

 

En ce qui concerne les mets, misez sur le fait maison en privilégiant les produits de saison et de provenance locale plutôt que le tout prêt ou le surgelé qui demande beaucoup plus d’énergie.

 

Enfin, pour le vin et/ou le champagne, choisissez les de préférence bio afin d’être certain que la culture du raisin n’utilise pas d’engrais chimique.

 

Le Père Noël :

 

Dans certaines familles, le Père Noël est un « mensonge » qui dérange car il apporte magie et émerveillement pendant quelques temps mais occasionne tant de déceptions et de sentiments de trahison pour un temps bien plus long. La place du Père Noël est donc remise en question et certains parents décident de ne pas faire croire au Père Noël à leurs enfants. Il est également possible de voir les choses autrement c’est-à-dire de présenter le Père Noël comme un conte au même titre que les fées, les lutins et autres personnages imaginaires. Vous pouvez rester dans le flou, laissez planer le doute et surtout laissez vos enfants imaginer ce moment à leur manière.

 

Les cadeaux :

 

Les cadeaux demandent un budget très important. De plus, ils contribuent à une accumulation de choses pas toujours utiles. L’alternative peut être d’offrir des bons de concert, de spectacle et/ou de théâtre. Vous pouvez également proposer des bons de moment à partager ensemble : bon pour un massage, un repas ou un petit déjeuner ou encore offrir des paniers gourmands faits maison composés de confitures biscuits pâtes de fruits ou encore de petits objets fait main.

 

Pour les enfants, évitez tous les jouets à piles ou avec du plastique. Privilégiez les jouets en matières naturelles, les jeux de société coopératifs, les jouets d’occasion ou ceux fait de vos propres mains. Et surtout, dîtes-vous qu’il n’est pas utile d’offrir des cadeaux à outrance mais de renouer avec l'esprit de Noël en faisant découvrir à vos enfants le sens de l’écologie et l’importance de protéger et de préserver la planète en limitant l'empreinte écologique.

 

Repost 0
Published by sarah - dans divers
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 09:40

251307_2044964212820_1505833863_32244194_588790_n.jpg

 

Le fait de materner ses enfants, d’être respectueux de leurs besoins et de prendre soin d’être à l’écoute de chacun, surtout quand la fratrie est nombreuse, n’est pas toujours de tout repos mais à force de patience, d’amour et d’organisation, une grande famille apporte joie, harmonie et diversité.

 

 

Devenir parents nous fait découvrir le grand bonheur que cela représente et peut nous donner envie de recommencer encore et encore. Mais au-delà du plaisir, avec la fatigue, le rythme de vie éprouvant et le surplus de travail qu’engendre une famille nombreuse, vous pouvez vite vous sentir débordée et il n’est pas toujours aisé de rester en écoute respectueuse avec ses enfants. Toutefois, il est possible de réduire ses difficultés. Pour cela, le maternage et une bonne organisation sont d’une grande aide pour pouvoir composer avec les besoins de chacun.

 

Les outils du maternage :

 

On pense souvent à tort qu’il est difficile de materner plusieurs enfants à la fois alors qu’à l’inverse, c’est un grand soutient au quotidien :

 

• Le portage est vraiment l’outil indispensable des familles nombreuses car il permet de répondre aux besoins de contact d’un enfant tout en permettant de vaquer à d’autres occupations. Il permet aussi d’inclure les plus petits dans le quotidien avec les plus grands. Il facilite même les déplacements à l’extérieur, en laissant les deux mains de libre.

 

 

• L’allaitement et également le Co-allaitement facilitent énormément le quotidien puisqu’il n’y a ni besoin de préparer des biberons ni même de les laver. De plus, il est possible de s’occuper de plusieurs enfants en allaitant surtout quand il est associé au portage puisque cela vous libère les deux mains. Bien entendu il est important de prendre le temps d’allaiter aussi dans le calme en savourant cet instant d’échanges avec son tout petit et de ne pas l’allaiter systématiquement en vaquant à ses occupations.

 

 

• Le Co dodo avec plusieurs enfants permet à la fratrie de s’adapter en douceur avec le nouveau venu. Cela atténue les jalousies et renforce les liens de la famille. Au point de vu organisation, le Co dodo offre plusieurs solutions. Tout d’abord il est possible de dormir avec deux ou trois enfants dans le même lit surtout s’il est de grande taille. Si votre confort en souffre, vous pouvez accoler un lit à Co dodo ou tout simplement un ou plusieurs matelas au lit familial (dans le cas du matelas il est plus aisé que votre couchage soit également à même le sol). Le Co dodo peut très bien être pratiqué entre frères et sœurs ; après la période d’allaitement les petits aiment dormir avec leurs aînés, soit dans le même lit, soit dans des couchages différents.

 

 

• Le massage est un excellent moyen de satisfaire le besoin de contacts que ce soit entre vous et vos enfants qu’entre frères et sœurs. Il permet de faire connaissance, de s’apprivoiser et parfois de se réconcilier en douceur. Un petit jeu amusant que l’on peut faire en famille c’est le « petit train du massage ». Pour cela il suffit de s’installer, assis par terre les uns derrière les autres et de former un cercle. Ensuite chacun masse le dos de son voisin de devant.

 

 

• La communication non violente est au centre du maternage mais il n’est pas toujours facile de garder son calme quand nous sommes débordées et fatiguées. Malgré cela, il faut garder à l’esprit que nos enfants ne sont pas de mini-adultes et que leur besoins sont différents des nôtres. A partir de ce constat, il vous sera plus aisé de relativiser les choses et d’accepter certains comportements, qui finalement ne font de mal à personne, et de ne pas en accepter d’autres mais sans crier, sans blâmer et surtout sans avoir recours à la fessée.

 

L’organisation :

 

La clé d’une famille nombreuse harmonieuse et zen est sans nul doute l’organisation. Cela vous évitera d’être trop vite dépassée par les évènements.

 

Pour bien vous organiser vous pouvez établir un planning journalier et hebdomadaire dans lequel vous inscrirez les tâches ménagères à faire et les activités familiales ou individuelles avec chacun… Selon l’âge de vos enfants, faîtes les participer en adaptant chaque travail à la capacité de chacun. Dans une grande famille, tous vivent ensemble et donc chacun doit participer à la bonne marche de la maison.

 

En ce qui concerne les repas, préparez vos menus à l’avance, cela vous permettra d’effectuer une liste de course adéquate et vous évitera de vous demander à la dernière minute ce que vous allez préparer. Pensez à cuisiner parfois une plus grande quantité afin d’en stocker au congélateur ce qui vous dépannera les jours où vous n’aurez pas le temps de cuisiner.

 

Du temps pour tous :

 

Il est important de pouvoir accorder un temps privilégié avec tous vos enfants et de l’adapter au goût de chacun. Un massage, pour l’un, faire de la cuisine avec un autre ou encore se relaxer et/ou jouer dans un bain avec le suivant. Bien évidemment cela ne pourra peut-être pas être journalier mais une fois par semaine c’est bien même si cela ne dure pas trois heures, le tout étant de passer un moment de complicité car cela renforce les liens parent-enfant et atténue les jalousies au sein de la fratrie.

 

Relativiser et prendre son temps :

 

Quel que soit le nombre d’enfants au sein de votre famille, il est primordial de prendre du temps pour vous, de vous chouchouter de temps en temps afin de ne pas vous sentir trop vite débordée par les exigences de chacun et de voir vos émotions déborder. Autre point important, c’est de ne pas mettre la barre trop haute, de relativiser et de faire le point sur ce qui vous est vraiment inacceptable et ce qui peut l’être. Vous avez besoin d’être secondée par le papa qui a son rôle à jouer, il ne faut donc pas hésiter à déléguer même si les choses ne sont pas faîtes comme vous l’auriez fait.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by sarah - dans Education
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 10:25

 

    P1000764.JPG

Cette grossesse a été riche en péripéties, toujours des petites choses qui ne sont pas grave en soi mais qui font que je ne suis pas sereine...

 

 

 

Je passe par diverses étapes : l'échographie pour la carté nucale ou on ne peut pas bien la mesurer..il faut revenir...Mon mari qui stresse par rapport à ça. Puis les nausées difficiles jusqu'à 4 mois de grossesse. Des coups de blues on ne sait pas trop pourquoi...La 3ème échographie ou tu me fais la blague de te mettre en siège juste pour l'occasion je crois!! Petit bébé farceur qui est de nouveau tête en bas le lendemain :)

 

 

 

Mais au delà de ça il y a aussi la magie de tes mouvements dans mon ventre. Ta sœur qui vient te faire des câlins avec des petits bruits de « dauphin » pour son petit frère. Notre joie lorsque l'on a appris que tu es un petit garçon. Des séances de préparation à l'accouchement magiques autour du chant prénatal, de l'accompagnement et du ressenti du bébé...

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes fin aout et tout est prêt pour t'accueillir...Lorsque je reçois une nouvelle qui m'anéantis... Ma sf a une sciatique et est clouée au lit sans pouvoir bouger. Ma sf magique avec qui déjà j'ai vécu la naissance de ta grande sœur ne pourra peut être pas être là pour ta naissance.. je pleure, je stresse...je ne veux pas accoucher à l'hôpital.

 

 

 

Lors d'un contrôle d'inscription à Givors, maternité « respectueuse », j'avais déjà été refroidi par le contact avec le gynéco. Il m'a tellement stressé lorsque je refuse un examen vaginal que ma tension est à 14,9...lorsqu'il la reprend 5 seconde plus tard les mots « pré-éclampsie et hypertension » ne m'ont pas aidé à ce que ça aille mieux... donc tout de suite je me trouve coincée dans les protocoles....2 h à attendre qu'une sf soi disponible...Pour 3 prises de tension, un bilan d'urines, un monito qui ne sera pas fait finalement car tout va bien!

 

 

 

Ouf mais ça me conforte dans le fait que l'hôpital est vraiment anxiogène pour moi.

 

 

 

 

 

 

 

Avec cette mauvaise nouvelle concernant la santé de ma sf j'espère que tu vas patienter jusqu'à ce qu'elle aille mieux... Ce sera le cas! Bien que finalement MA ma sf a en fait une hernie discale beaucoup plus grave qu'une sciatique elle me dit de ne pas m'inquiéter qu'elle m'accompagnera pour cette naissance. J'oscille entre soulagement et inquiétude pour elle.

 

 

 

 

 

 

 

Cette semaine je sens que les choses travaillent...Le soir j'ai souvent des contractions et à chaque fois je me demande si c'est le travail qui se lance...C'est une semaine un peu en dehors du temps ou je profite de chaque instants...ou je me dis qu'on est tout proche de la rencontre mais en ayant la surprise du moment jusqu'au bout!

 

 

 

Ta grande sœur doit sentir que la naissance approche car elle redort assez mal la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

Puis ce vendredi soir j'ai une amie qui me propose de venir écouter un concert d'accordéon en plein air...ça me fait vraiment envie mais je suis aussi très fatiguée par ces nuits hachées.. Mon chéri me pousse à y aller et je pars après le coucher de ma fille en me disant que la musique va peut être te donner envie de sortir de mon ventre pour de bon! Je fais tout le trajet en voiture et la soirée en me disant « et si les contractions commencent je fais comment?? » je suis déjà dans l'aventure sans le savoir. Le concert est apaisant...ça me fait du bien mais je rentre assez vite car la fatigue se rappelle à moi.

 

 

 

Vers 22h je suis au lit, et je dors comme une masse jusqu'à minuit ou là une douleur de règle me réveille...tient première fois que ça me fait un peu mal au point de me réveiller....

 

 

 

je me lève au bout de 3 ou 4 contractions comme ça...car oui ce sont bien des contractions légère je le sais maintenant.

 

 

 

Mon homme qui a pris l'habitude de mes levers intempestifs en pleine nuit bizarrement vient me voir cette fois. Je suis dans le bain et il me demande si ça va...A ce moment je suis un peu embêtée de sa question...j'ai envie d'être seule avec toi, dans ma bulle de savourer ces moments. Alors je lui propose d'aller se recoucher car il est mal réveillé et très fatigué. Il y va. Puis revient assez vite et se met à me poser 1000 question... »c'est régulier??? tu crois que c'est pour maintenant?? tu veux que j'appelle MA? » Pfffffffffffffffff je m'énerve en lui disant de se rappeler la préparation à l'accouchement!...Que je ne veux pas de questions qui me sortent de ma bulle... Un agacement m'envahis car je l'ai senti peu investi dans la préparation de cette naissance et maintenant il « casse » la magie de cet instant. Mon homme aura un eu de mal à trouver sa place dans ce début de travail...Moi je suis bien, je fais des « boas » chanté à chaque contractions et j'ai envie de tranquilité...lui il tourne, vire, prépare le salon, fait du bruit... bref je m'énerve!

 

 

 

Finalement je cherche des choses pour l'occuper afin qu'il me laisse être tranquille dans ma bulle...Il me remet ma musique du petit bébé (http://www.youtube.com/watch?v=o8pQLtHTPaI&ob=av2e) à chaque fois que la chanson est fini. Puis je lui demande des massages du dos à l'arnica, puis de chanter avec moi les boas... la nuit est paisible.

 

 

 

Ma sœur arrive et se couche dans notre lit : au cas ou Ludivine se réveille c'est elle qui s'en occupera.

 

 

 

On appelle MA, qui nous dit qu'elle viendra toute à l'heure. Peu à peu les contractions s'intensifient. Mais je suis bien. Je chante la chanson du petit bébé et je fais des boas dès que la contraction revient. Je suis sur le canapé assise ou sur le ballon. J'ai mes mains sur mon ventre et c'est si fort de sentir la contraction monter et le col s'ouvrir peu à peu. Les choses prennent de l'amplitude dans mon bassin pour te faire de la place petit gars.

 

 

 

Je te sens bouger entre les contractions je sais que tout va bien pour toi. Tu m'accompagnes dans cette aventure, tu m'annonces même parfois l'arrivée d'une contraction par tes mouvements. Je vois aussi mon ventre changer de forme progressivement car tu descends un peu.

 

 

 

 

 

 

 

Je demande à mon homme de rappeler MA « oui mais je lui dis quoi?? Il n'y a rien de nouveau... » « Dis lui que j'ai envie qu'elle vienne »...J'ai besoin de sa présence rassurante..J'ai envie d'être entourée par elle... Elle arrive vers 4h. Elle a l'air toute endormie et pas très bien...

 

 

 

Elle regarde ou en est le travail et m'annonce que je suis à 5. On lui propose de s'allonger et du coup ma sœur change de lit et va s'installer dans le canapé de la chambre de Ludivine.

 

 

 

 

 

 

 

Et là bon je sens que quelque chose ne va plus. Je sens toujours la douleur des contractions mais plus mes sensations d'ouverture dans le col... Bon peut être que c'est juste différent?

 

 

 

Non effectivement ça stagne comme me le confirme MA à 7h...Premier sentiment de désespoir pour moi... car ça continue à être douloureux...mais je ne sais plus comment faire pour que l'ouverture continue..

 

 

 

MA me rassure et me propose de me mettre dans un bain, puis d'essayer de dormir entres les contractions pour prendre un peu de repos et me détendre car il reste la poussée qui va demander encore pas mal d'énergie. Elle va rentrer prendre un petit déjeuner et se doucher et revient après. OK je fais ça en me disant que la poussée ne m'inquiète pas du tout car pour ma fille ça avait été long et fatigant mais sans douleur.

 

 

 

Alors que je suis dans le bain, Ludivine se réveille. Elle est ravie de voir sa tata. Elle vient me voir dans le bain et je lui explique que je fais des boas pour aider son petit frère à naitre. Elle veut tout de suite partir chez sa tata, donc elles partent, la petite en pyjama avec ses affaires justes attrapées au vol.

 

 

 

 

 

 

 

Je me sens tranquille; ma fille a l'air sereine. Le bain ne me fais pas trop de bien donc je sors vite et vais m'enrouler dans la couette avec pleins de coussins sur le canapé. Je somnole entre 2 contractions...Quand d'un coup la douleur devient insoutenable. Là j'ai vraiment besoin de mon homme...J'attrape ses mains je les serre de toutes mes forces..Je hurle, je grogne plutôt.....C'est seulement grâce à ses sons qui viennent du plus profond de moi que je traverse les contractions. Je ne suis bien qu'assise sur le bord du canapé avec mon homme en face de moi pour me suspendre à ses mains... J'ai chaud...je veux un gant d'eau froide mais surtout il faut qu'il aille vite le chercher entre 2 contractions car sinon je n'y arrive pas sans lui...Il assure mon homme...

 

 

 

je fais quelques aller retour aux toilettes mais c'est horribles de vivre les contractions toutes seule. On reprend vite notre position sur le canapé. Peu à peu à chaque fin de contractions je ressens le besoin de m'étirer et de me cambrer entièrement vers l'arrière en tenant toujours les mains de mon chéri. Il fait contrepoids le pauvre. J'y met toutes mes forces je suis complètement partie dans cette douleur. Je l'entend vaguement rappeler la sf (toujours entre 2 contractions) elle veut me parler...Euh oui...Elle me demande comment ça va, me parle. C'est doux d'entendre sa voix mais je ne sais pas ce qu'elle dit ni ce que je répond... Je jète le tel sur le lit car une contraction arrive. Elle a du entendre le changement car elle dit à mon mari qu'elle arrive bientôt. A peine raccroché on entend un « splash » j'ai rompu la poche des eaux et ça pousse...???

 

 

 

Les sons que je fais changent radicalement d'un coup...ce n'est plus la même sensation...Mais moi qui m'attendait à une disparition de la douleur comme pour Ludivine ce n'est pas le cas... c'est juste différent..Je panique...je veux ma maman.... Elle voulait venir mais cette fois j'avais besoin de me prouver que je pouvais le faire sans elle...Et là j'ai peur....Je voudrais qu'elle soit là...Puis je me reprend et comprend que c'est une vieille histoire de séparation à la naissance qui ressort.. Ma maman est là par la pensée...Pleins de gens sont avec moi par la pensée je le sens...ça va mieux.

 

 

 

 

 

 

 

Mon mari rappelle la sf vers 10h. Elle arrive dans 15-20 minutes. Et là il panique complètement, me dit que c'est son pire cauchemars de l'aad...Être seul avec moi pour la fin.

 

 

 

Il a peur que la sf n'arrive pas à temps...Moi aussi d'abord et puis en voyant sa panique je me recentre sur mes sensations et je le rassure....Je ne sens pas bébé arriver tout de suite, sa tête est encore loin et les contractions ne le font pas vraiment descendre... J'ai juste ce besoin irrépressible de pousser...Mon homme est au bord des pleurs..Moi je me sens pleine de force : on va y arriver. MA a le temps d'arriver aussi ce n'est pas encore pour tout de suite... Mon homme se reprend et m'accompagne toujours de toutes ses forces pendant les contractions.

 

 

 

 

 

 

 

Au bout d'un temps qui nous semble interminable MA arrive enfin. Tout de suite elle nous rassure, elle est là... Elle confirme mes sensations je suis bien à dilatation complète et bébé s'engage. Et là commence le marathon...Moi qui pensait que ce serait bientôt la fin, la poussée est très difficile...je pousse de toutes mes forces mais je sens que bébé coince à un endroit au niveau du coccyx...J'essaye assise, j'essaye a 4 pattes, debout, de marcher... Ces changements de positions m'épuisent car avec les contractions arrive toujours cette douleur horrible..Je te parle bébé je te dit que je veux que tu sortes...Je n'arrive à rien je le dit mille fois que ca coince que je ne vais pas y arriver.. MA et mon homme m'encourage « Tu l'as déjà fait pour Ludivine il n'y a pas de raison que tu n'y arrives pas! » Je pense tellement fort à 2 de mes copines qui accouchent en 2h et je leur demande de m'envoyer des pensées pour me dire comment elles font!!

 

 

 

 

 

 

 

Oui mais moi je sens que ça n'avance pas...Au bout d'un moment je suis trop fatiguée je n'arrive même plus à pousser...Alors MA me rassure, me prend dans ses bras et me propose de m'allonger sur le coté et de laisser bébé travailler un peu tout seul pendant que je reprend des forces...Je le fais ça va un peu mieux...Mais toujours pas de changement dans mes sensations....j'ai beau me mettre dans différentes positions ça coince...

 

 

 

Et là dans un moment de lucidité je dis à MA « Promet moi que si je te demande de partir à la maternité tu me dis non hein???? » elle me répond de ne pas la tenter avec son dos en vrac! Mais le tout avec un sourire qui dément ses paroles et des câlins d'encouragements.

 

 

 

 

 

 

 

Mon homme me dit qu'il est fier de moi que je vais y arriver.. MA me propose de manger un peu... Non j'ai pas envie...Puis si...Je mange une barre de chocolat...Mmmmm finalement ça fait du bien. J'en remange une, puis 2. Ça me redonne un peu d'énergie...Je veux aller aux toilettes...Mon homme et MA m'aide. Et là je ferme la porte et je suis avec toi bébé...Et je pousse de toutes mes forces...Et ça fait maaaaaal mais ça marche enfin...Au début je n'y crois pas mais peu à peu enfin je sens que ça s'ouvre et que tu peux passer...MA et mon homme son derrière la porte mais me laissent tranquille. A un moment MA contrôle ton cœur et je l'entend de très loin dire à mon homme que le cœur ralenti un peu que bébé doit sortir maintenant. Le tout sur un ton très calme. Elle rajoute de ne pas s'inquiéter que les bébés récupèrent en général très vite de ce genre de petit incident après la naissance. Elle me demande de sortir. Non je suis bien....Elle insiste car elle pense que c'est bientôt la fin...

 

 

 

J'attends le dernier moment...ça craque, ça s'écartèle ça brule....Je sors tant bien que mal soutenue par MA j'ai l'impression d'avoir limite ta tête entre les jambes... Je veux une douche! Euh non on n'a pas le temps là! Je m'affale sur le lit et dans un dernier effort et une douleur brulante je sens ta tête qui passe...Je pense que tout va craquer.. Tant pis il faut que tu sortes maintenant..MA enlève un tour de cordon et il faut recommencer cette douleur horrible et cet effort surhumain pour les épaules...Et tu glisses enfin en dehors de moi...tout se relâche tu es là sur mon ventre.. Oh bébé, mon fils....tu es si grand déjà! Comment as tu pu tenir dans mon ventre? Tu pleures tout de suite, tu es un peu bleu...

 

 

 

MA t'essuie l'intérieur de la bouche avec une compresse pour te dégager un peu... Tu pleures fort. Je te parle je te raconte mille choses sans queue ni tête, des mots qui parlent de mon amour pour toi... De l'intensité de ce moment, de mon bonheur...

 

 

 

Finalement MA demande si elle peut t'aspirer tout doucement le nez et la bouche avec une petite poire car tu es encore très encombré... Oui c'est bon pour nous. Je te parle, je t'explique ce qu'elle va faire : c'est vite fait et en douceur... Tu respires mieux. Je propose qu'on te chante la chanson de la naissance avec ton papa. A deux voix on chante et tu t'apaises tout de suite... Tu as les yeux fermé tout calme...Tu respires en crachotant sur moi...

 

 

 

 

 

 

 

On reste un long moment comme ça tout les trois dans notre bulle...à t'écouter respirer..Alors ce sera Noah ou Vincent?? J'ai vraiment envie que ça soit Noah...Ton papa est d'accord. Le cordon bat toujours. Quand il cesse de battre ton papa le coupe, le placenta sort entier. MA me le montre : je ne pensais pas que c'était si gros! Pour Ludivine je ne l'avais pas vu, prise dans mes premiers instants avec mon bébé. On le garde pour le planter dans le terrain de mes parents.

 

 

 

 

 

 

 

MA regarde enfin si je suis déchirée : rien du tout! C'est incroyable je n'ai même pas une éraillure...

 

 

 

J'ai toujours envie de ma douche! Après un petit moment je me lève. MA a peur que je tombe dans les pommes mais je me sens très bien! Même pas une étoile devant les yeux mais pleins dans le cœur! Je vais me doucher que c'est bon! Noah est avec son papa.. On lui lave juste un peu le dos sous la douche car il a fait un méconium bien collant qui lui a en a mis partout.

 

 

 

 

 

 

 

MA pendant ce temps est une vrai fée elle me refait un lit tout propre ou je peux m'installer avec mon bébé pour une première tétée... Noah lèche doucement le sein puis tout de suite trouve comment le prendre et tète apaisé.

 

 

 

On profite tout les 4 de ce moment...MA parle avec nous et on évoque cet accouchement si intense! Elle nous dit qu'elle a tardé à revenir car son mari ne voulait pas qu'elle reparte avec ses soucis de dos...Alors elle lui a piqué ses clés de voiture!

 

 

 

Ensuite on te pèse tu fais 4kg180 quand même! Tu es né à 12h50 à peu près car personne n'a trop regardé l'heure!

 

 

 

 

 

 

 

Ludivine arrive alors pour te découvrir...Tout de suite elle dit « C'est petit frère! C'est Noah! ». elle est tout intimidée et vient me faire un câlin. La vie à 4 commence. Après un dernier bisou MA repart et nous laisse dans cet instant plein de douceur.

 

 

  Amélie, maman de 2 enfants.

Repost 0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 06:22

Nous sommes le dimanche 28 août 2011, tu dois arriver au plus tard le 15 septembre.

J'espère que tu patienteras au moins jusqu'au 5 septembre car D.,la sage femme

qui m'a suivie toute cette grossesse, est partie hier à l'etranger et ne revient que

le 4 septembre...

Sa collègue C. est disponible si besoin mais je la connais moins. Et puis envie de savourer cette grossesse

encore un peu.

Ce dimanche 28, je m'attelle au tri des vêtements de ta plus grande soeur Jasmine, afin de

voir ce que j'ai besoin de racheter.

En lui essayant ses tenues, je ressens des contractions dans le ventre, non douloureuses.

Il est 9h15.

C'est la première fois que ça m'arrive, pour tes soeurs je ne les ressentaient que dans

les reins. Je chronomètre la durée et l'espacement, en moyenne toutes les 10 min et elles

durent environ 1 min, je me dis que ça doit être un pré travail car vraiment elles ne me

font pas souffrir.

Vers 12H30, je me décide à prendre deux spasfons pour arrêter ce pré travail, mais les

contractions continuent.

Je vais me reposer en même temps que les filles et je me dis que je prendrais un bain à

leur réveil pour voir comment ça évolue...

A 15h30, les miss sont réveillées je file dans le bain, je m'endors dedans et me réveille

une heure plus tard, je sors car l'eau est devenue bien froide.

Les contractions sont toujours là mais en sortant j'en ai une douloureuse je me dis que

j'ai du faire un faux mouvement en me levant.

Et les contractions sont toujours là, toujours toutes les 10 min et toujours non

douloureuses...

Mon homme me dit que je devrais prévenir C. mais je n'ose pas l'embêter un dimanche

pour rien sachant que je n'ai même pas mal...

Vers 18h30 les contractions deviennent un peu douloureuses, je me décide à l'appeler

histoire de la tenir informée.

Là elle me dit qu'elle passe au cabinet prendre mon dossier et arrive d'ici une heure.

Ca m'embête j'ai peur qu'elle vienne pour rien...

Je dis à Stéphane d'appeller nos voisins pour les prévenir que les filles vont peut être

dormir chez eux cette nuit, qu'on les tient au courant

C. arrive à 19h40, a ce moment là les contractions reviennent toutes les 5 min

et petit à petit se font plus douloureuses mais sont encore largement gérables.

On discute puis on va dans la chambre pour qu'elle m'examine.

Il est 20h on écoute le coeur au doppler puis petit monitoring.

Elle me fait un toucher vaginal pour savoir où j'en suis et là déception, col court

ouvert a 1 cm. Elle me dit que ce n'est pas sur que ce soit pour aujourd'hui, on refait un

contrôle dans une heure.

On retourne dans le salon, je me met sur le ballon et fais des ronds dessus pour soulager les

contractions qui s'intensifient, elles reviennent toutes les 3 ou 4 min.

Dès que j'ai une contraction, Christiane vient me masser le bas du dos ça me fait du bien.

Vers 20h30 les filles etant surexcitées Stéphane part les déposer chez nos voisins car je

n'arrive pas à me concentrer sur le travail et Stéphane n'est pas trop avec moi comme il

doit les gérer en même temps...

A 21h, on retourne dans la chambre voir comment le col a évolué, je suis à 2 large, le travail

est bien lancé!

Je retourne vite sur mon ballon, on change de chaine (c'etait des dessins animés pour occuper les filles avant leur départ) et on tombe sur le festival interceltique de lorient!

Je suis contente, j'adore la musique bretonne!

Les contractions deviennent plus intenses, C. continue à me masser dès qu'il y en

a une qui arrive, et m'aide a respirer et à gérer la douleur en me faisant faire des

"oooooooooooooo"

21h30 j'en ai marre du ballon j'ai envie de prendre un bain, qu'elle est longue à se remplir

cette baignoire! Je suis debout appuyée sur le meuble de la salle de bain en attendant

qu'elle soit pleine et C.derriere moi continue a me masser.

Je rentre enfin dans le bain, bien chaud ça fait du bien et espace les contractions un

court instant, elles reviennent vite avec la même rapidité et intensité. On continue les

massages, les "oooooooo" et je broie les mains de Stéphane en même temps.

A 22h30 je sors du bain car j'ai envie d'aller uriner, après être passée aux toilettes,

on va dans la chambre pour que Christiane m'examine, j'en suis a 7 cm!

Je ne sais plus trop ni où me mettre ni comment me mettre, j'ai vraiment mal, je crie

à chaque contraction, Christiane me dit de m'accrocher à son cou, je me sens bien comme ça.

Je sens que bébé descend et appuie vers la sortie, je me met à 4 pattes la tête appuyée

sur mon coussin d'allaitement. 22h55 j'accompagne bébé en poussant une première fois, la tête de bébé sort il a les 2 mains sur son visage, la poche des eaux se perce puis le reste du corps de bébé sort avec une deuxième poussée!

Ca y est notre bébé est né il est 23h01 je n'en reviens pas que tout soit allé si vite!

je m'allonge avec bébé dans mes bras on l'emmitouffle dans une serviette tiède et

nous regardons ensemble si nous avons une petite fille ou un petit garçon. C'est une

magnifique petite fille de 3 kgs 300, nous sommes aux anges.

notre puce tête un peu bien au chaud sur moi, puis mon mari coupe le cordon quand il a

cessé de battre.

C. procède un peu plus tard à l'examen de notre puce, juste a côté de moi,

tout va bien.

Une fois le placenta sorti je vais prendre une douche rapide, ça fait du bien, pendant ce

temps mon mari et la sage femme rangent la chambre et refont le lit. Je reviens et peux

m'installer dans un lit tout propre avec notre princesse. Notre sage femme rentre chez elle

vers 1h30.

Je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit là, car notre puce a eu beaucoup besoin d'être calinée

et de têter, elle a passé la nuit entre son papa et sa maman.

Cette naissance a été vraiment magique et intense! j'ai eu de la chance d'avoir mon mari

qui m'a beaucoup soutenue ainsi qu'une super sage femme qui m'a énormément epaulé et aidé

à supporter les contractions.

 

28-aout-2011--14-.JPG 

 

Emilie, maman de trois filles.

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 12:41

59875_1597957757938_1505833863_31480351_2473913_n.jpg

 

L’accouchement en milieu aquatique est de plus en plus apprécié, car il permet en général d’avoir un accouchement moins douloureux et plus rapide.

 

 

De nos jours, l’accouchement est bien souvent trop médicalisé avec des gestes trop intrusifs. De nombreuses femmes recherchent donc une alternative afin de vivre pleinement leur accouchement sans stress ni insatisfaction. L’accouchement dans l’eau peut être un bon choix car il apporte de nombreux avantages au couple et assure une naissance plus douce.

 

Avantages :

 

des premiers avantages est l’effet relaxant que procure l’eau tiède. Cette dernière relâche vos muscles, détend votre esprit et vous permet de rentrer plus facilement dans votre bulle.

 

Autre point fort, la douleur des contractions est moins vive car le bain agit comme un antispasmodique, qui, associé à votre relaxation, va faciliter la dilatation du col et rendre le travail plus rapide. L’immersion réduit la gravité et soulage ainsi le poids de votre ventre et diminue les douleurs du dos. Certaines femmes ont besoin de se sentir contenues, enveloppées, l’eau va les aider à se sentir en sécurité. De plus, l’eau va assouplir votre périnée ce qui diminuera le risque de déchirures.

 

Si le travail se passe dans une piscine d’accouchement ou une grande baignoire, vous bénéficierez d’une plus grande liberté de mouvements. Ceci vous permettra d’adopter des positions facilitant la descente de votre bébé : accroupie, assise, à genou, appuyée sur le rebord… et réduira encore plus la douleur.

 

Pour le bébé, la naissance sera moins traumatisante car vous aurez moins subi de stress et si vous désirez rester dans l’eau au moment de l’expulsion, il va pouvoir naitre dans un milieu qui ressemble à celui de votre ventre. Ne respirant pas encore, vous pourrez le remonter tout doucement en prenant votre temps et en savourant le contact de vos peaux.

 

Le papa peut également s’installer avec vous pour vous procurer un meilleur confort et vous soulager. Il pourra lui aussi apprécier un tendre peau à peau.

 

Comment se déroule un accouchement aquatique :

 

Vous pourrez vous glisser dans un bain à 37° dès le début des contractions ou seulement quand elles deviennent douloureuses. Pendant la période de travail, vous aurez la possibilité d’associer à votre eau des huiles essentielles de lavande diluées dans une base neutre ou bien d’utiliser des huiles de bain prévus à cet effet. Ces huiles vont vous permettre de vous détendre encore plus et de faciliter l’accouchement.

 

Si vous accouchez chez vous, deux solutions s’offrent à vous : soit votre baignoire, soit une piscine d’accouchement. La piscine présente l’avantage d’être très vaste et donc de vous donner une grande liberté de mouvements. Les bords rigides vous permettront de prendre appui. Vous pouvez acheter votre piscine ou voir avec votre sage-femme si elle en prête.

 

En ce qui concerne les maternités, certaines sont équipées en salle « aquatique » où vous pourrez passer le temps de la dilatation mais pas toutes n’acceptent l’expulsion dans l’eau. En maison de naissance et en plateau technique vous pourrez avoir également la possibilité d’accoucher dans l’eau.

 

 

Il faut savoir que certaines femmes préfères sortir avant la naissance de leur bébé et d’autres au contraire ne veulent pas en bouger. On ne peut pas savoir à l’avance ce qui va nous plaire ou non. Il est possible que l’eau chaude vous soit insupportable et que vous préfériez un bain froid. C’est votre ressenti qui est le plus important.

 

Les contre-indications :

L’accouchement dans l’eau est possible uniquement en cas de grossesse sans pathologies maternelles ni souffrances fœtales.

 

Repost 0
Published by sarah - dans Accouchement
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 05:36

    994173_178216532345032_1447704254_n-audrey.jpg

 

En tant que parents, nous devons montrer à nos enfants le chemin de l’éco-citoyenneté. Afin que le tri des déchets, la protection de la nature et la gestion des ressources énergétiques deviennent un reflex pour nos petits, il est important que l’engagement commence au sein de la famille.L’écologie est un mode de vie qui s’apprend. Cela demande une réflexion profonde sur ses habitudes et leurs impacts sur la planète comme sur notre santé. Quelques gestes simples peuvent être mis en place dans la vie de tous les jours et ce, sans fournir d’efforts considérables.

 

 

Les bons réflexes :

 

Un des premiers gestes à faire sur le chemin de l’écologie, est de remplacer les produits d’entretien nocifs par des alternatives simples telles que l’utilisation du vinaigre blanc associé aux huiles essentielles. Vous trouverez dans ce dossier quelques recettes simples pour un ménage naturel et efficace.

 

Lors de vos courses, évitez les emballages inutiles et le plus possible les suremballages. Achetez des produits bios, ils sont assurés sans pesticides et vous permettront de respecter la nature et votre corps. Privilégiez les produits de fabrication locale pour faire marcher les producteurs locaux et bénéficier de produits frais non polluants puisqu’ils n’ont pas traversés plusieurs pays. De plus, même sans être un cordon bleu, il est tout à fait possible de confectionner soi-même ses gâteaux, son pain, ses yaourts et bien évidemment ses plats quotidiens.

 

En ce qui concerne, les jouets, les vêtements et/ou encore les meubles, il n’est pas toujours nécessaire d’acheter neuf, vous pouvez très bien dénicher de belles choses dans les vides-greniers, dans les petites annonces, sur internet ou par connaissance. Pour les jouets, favorisez ceux qui fonctionnent sans piles et pensez que les jeux les plus amusants ne sont pas les plus coûteux.

 

D’autres habitudes peuvent être prises très facilement comme le tri de l’ensemble de vos déchets et le compostage de vos détritus organiques.

 

Pensez à bien éteindre la lumière en sortant d’une pièce, privilégiez des ampoules à économie d’énergie et éteignez vos appareils électriques sans les laisser en veille. En hiver, baissez le chauffage de 1 à 2 degré.

 

Lors de vos déplacements, préférez le vélo ou la marche à pied pour les petits trajets, et le train pour les plus longs.

 

Pour votre toilette, il est préférable de prendre une douche rapide plutôt qu’un bain.

 

Pour votre bébé, utilisez des couches lavables ou la pratique de l’HNI, vous préserverez l’environnement de déchets innombrables et toxiques. Les couches jetables écologiques sont une autre alternative respectueuse puisqu’elles ne présentent aucun ingrédient nocif et certaines peuvent même être compostées. Bien entendu il en est de même pour les lingettes, optez pour des lavables. Et pour son alimentation, l’allaitement, en plus de ses nombreux bienfaits, entre complètement dans le cadre de l’écologie en évitant l’achat de biberons, d’eau et de lait en poudre.

 

Vous pouvez aussi économiser les feuilles de papier en utilisant bien les deux faces et/ou en réutilisant la face vierge du courrier pour dresser une liste de course ou pour les dessins d’enfants par exemple.

 

 

 

Avec ces quelques gestes vous diminuerez votre empreinte écologique et de ce fait vous contribuerez vous aussi à préserver l’environnement. Il faut garder en tête comme le dit cet adage que « nous n’héritons pas de la terre de nos parents mais nous l’empruntons à nos enfants ». Il est par conséquent important de ne pas épuiser les ressources naturelles.

 

Repost 0
Published by sarah - dans L'écologie
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 15:00

yourte.jpg

 

Actuellement, bien des personnes sont à la recherche d’une autre manière de vivre, plus proche des traditions et des valeurs dans le respect de la nature. Cependant, le modernisme de la société actuelle ne le permet pas toujours. C’est pourquoi, les vacances sont le moment idéal pour vivre cette halte si précieuse. On parle alors de « vacances écologiques ».

   Les valeurs qu’apportent les vacances écologiques sont fondées sur le fait de passer des vacances en plein air sans polluer la nature en la respectant et en respectant également la personne, la ville ou le pays qui nous accueillent. De nos jours, de nombreuses possibilités s’offrent à vous pour profiter pleinement des bienfaits de notre terre.

 

1.Les habitations écologiques :

 

La yourte :

 

Habitat traditionnel des steppes d’Asie centrale, la yourte est l’habitat écolo par excellence. Elle est un espace associé à de nombreuses coutumes ancestrales telles que toujours y pénétrer du pied droit ou encore ne pas y rester debout plus que nécessaire.

   

La yourte est constituée de pièces de bois assemblées par des cordes faites de crin de cheval puis recouvertes par de la laine de mouton feutrée. De forme circulaire, elle est composée d’une pièce où se trouvent plusieurs lits qui font office de sièges en journée ainsi que d’une armoire, d’une table basse et de plusieurs coffres pour que chaque membre de la famille puisse y ranger ses objets personnels. Au centre de la pièce, est placé un poêle qui sert de chauffage et de cuisinière.

   

Il ne faut pas oublier qu’une Yourte est avant tout une habitation familiale où l’on est tous réunis dans un chaleureux cocon.

   

La Ker terre :

 

Ces habitations sont très discrètes et se fondent dans la végétation.

Il s’agit en effet, de petites constructions rondes fabriquées à la main avec de l’argile, de la paille ainsi que du sable, de la terre et de la chaux. Quant au sol, celui-ci est fait de fougères.

   

Afin de ne pas avoir froid, une cheminée y est intégrée ce qui confère beaucoup de chaleur pour l’hiver. A l’intérieur, seuls des matelas posés à même le sol composent le mobilier.

   

C’est un foyer qui nous rapproche de notre terre nourricière.

   

La cabane perchée :

 

A l’instar des cabanes que l’on faisait enfant, ces habitations de bois sont accrochées dans les arbres afin que vous puissiez vivre en plein cœur de la nature.

   

Elles peuvent être constituées de plusieurs chambres et être équipées de mobiliers de bois mais en gardant toujours un milieu simple où ne règne que l’essentiel. Nous accédons à ces abris à l’aide d’un escalier ou d’une échelle de bois qui se fondent dans le décor.

   

A l’aide de ces cabanes, nos vacances alliées aux plaisirs du plein air, de vont en aucun cas dénaturer ou encore polluer notre environnement.

   

Le tipi (ou tepee)

 

Cette tente conique, habitation typique des indiens des plaines, est constituée de longues perches de bois appuyées les unes sur les autres. Ces dernières sont ensuite recouvertes de tissus reconnus pour leurs qualités thermiques et imperméables tels que le lining et le ozan (les indiens, quant à eux, utilisaient des peaux de bison.)

   

Le tipi offre un abri spacieux qui protège du froid et de la chaleur. A l’intérieur, une couchette faite de peau ou de tissu posée sur des joncs tressés fait office de lit ou de canapé. C’est un foyer, situé au centre de la pièce, qui assure le chauffage et qui permet de cuisiner. Le mobilier, quant à lui, est réduit au strict minimum.

   

Il faut savoir que par sa forme ronde il symbolise l’harmonie, grâce à laquelle vous pourrez vous reconnecter à la nature.

 

Certaines personnes font le choix de vivre toute l’année dans ces habitations alternatives, elles désirent un retour aux sources afin de réapprendre la valeur de l’échange entre les Hommes, de renouer avec le respect de la terre nourricière et de redécouvrir des modes de vie à la fois ancestraux et modernes.

 

2. Les lieux :

 

Les habitations citées ne sont pas obligatoirement isolées au fin fond d’une forêt.

   

Des éco villages accueillent parfois des vacanciers prêts à répondre à des valeurs de simplicité et de respect. Ils possèdent une production potagère et des constructions écologiques. L’objectif est de créer, ensemble, un mode de vie convivial et juste, avec une empreinte écologique minimale. Décider, construire, avancer main dans la main est un véritable défi dans une société où l'individualisme prime. En fournissant une meilleure qualité de vie, les éco villages permettent de créer des relations conciliatrices sans jugement et d’acquérir une autonomie alimentaire en participant activement à la vie sociale et économique d’une communauté saine.

   

Aujourd’hui, on voit fleurir des campings et des gîtes écologiques. Ils s’inscrivent dans une démarche éco-citoyenne en limitant au maximum leur impact sur l’environnement. Les habitations sont recyclables telles que celles citées plus haut. L’eau n’est pas gaspillée, l’énergie solaire est utilisée et faiblement consommée. Les produits d’entretien sont biologiques. Bien entendu, le campement écologique est avant tout une mentalité, il ne s’agit pas de venir avec une voiture polluante en abandonnant ses déchets de pique-nique dans la nature. Afin de vous donner toute les garanties d’un lieu de vacances vraiment respectueux de l’environnement avec des valeurs qui sont les vôtres, des labels (tels que le label écologique européen, la clef verte ou encore via natura et huttopia) se sont mis en place afin de certifier que la chartre écolo est bien respectée.

 

Enfin nous pouvons opter pour les vacances à la ferme. Elles sont très prisées par les français en leur offrant l’occasion de découvrir la nature et de s’y ressourcer. Elles permettent également de faire connaissance avec une agriculture biologique et respectueuse de l’environnement et ainsi de se régaler avec des mets sains et délicieux.

 

Repost 0
Published by sarah - dans divers
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 09:40

002

 

L’entretien des couches lavables peut paraître au premier abord long et fastidieux. Cependant, il vous suffira d’avoir un bon stock de couches et un peu d’organisation pour que cette tâche ne devienne pas une lourde corvée.

 

 

La première utilisation :

Lorsque vous recevez vos couches, il faut les laisser tremper environ 12 heures dans de l’eau froide afin que les fibres se gonflent bien. Ensuite, vous pourrez effectuer un lavage en machine. Il faut savoir que la capacité d’absorption maximale sera obtenue au bout de 10 lavages environ. Par conséquent, il vous faudra donc changer votre enfant plus fréquemment les premiers temps.

 

Le stockage :

Pour stocker vos couches souillées, il existe deux méthodes : la première consiste à stocker vos couches à sec dans un seau dans lequel vous ajouterez une lingette lavable sur laquelle vous pourrez mettre 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle de tea tree ou de lavande qui ont des vertus désinfectantes et désodorisantes. Le deuxième procédé permet de stocker les couches dans de l’eau et des huiles essentielles. Quelle que soit la méthode choisie, en cas de selles il faudra jeter le papier de protection dans les toilettes et éventuellement rincer la couche afin d’enlever l’excédent de caca.

 

Le lavage :

Avant toute chose, il est important de choisir une lessive adaptée. Pour cela, préférez bien évidemment une lessive bio puisque les couches lavables rentrent dans une démarche écologiste c’est-à-dire, le respect de la nature et le respect de la peau de votre enfant. Ensuite, il vous faudra regardez que la lessive ne contient pas de glycérine puisque cette dernière dépose un film qui empêchera l’absorption de vos couches. Il est important également de très peu doser votre lessive afin de ne pas les encrasser prématurément. Pensez bien à fermer les velcros des couches qui en possèdent afin qu’ils n’attrapent pas les petites bourres ce qui les rendrait moins opérationnels.

En ce qui concerne la température de lavage, vous pouvez les laver à 40 ° avec votre linge habituel. Vous pouvez également les passer à 60° avec votre linge de toilette. En cas de maladie, il est possible de laver à 90° mais il ne faut pas abuser de ce lavage car en plus de ne pas être écologique, cela abîmera plus rapidement vos couches.

Une petite astuce gain de temps, pour vos couches de protection en nylon ou en pul, un lavage à chaque utilisation n’est pas nécessaire.

 

Au bout de quelque temps d’utilisation, vos couches peuvent vous sembler moins absorbantes, cela signifie tout simplement qu’elles sont sans doute encrassées, et il faudra donc y remédier. Pour cela vous trouverez la marche à suivre dans ce dossier.

 

Le séchage :

Là encore plusieurs choix s’offrent à vous : le séchage en plein air ou bien au sèche-linge. Ce dernier ne concerne pas les culottes de protection ni les couches tout en un qui présente des parties imperméables. Par contre pour les parties absorbantes, il va adoucir les fibres et rendre la couche moins rêche et par conséquent plus confortables et agréables à porter.

 

 

 

Repost 0
Published by sarah - dans COUCHE LAVABLES
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 12:46
579255_4107068641154_1416196817_33721647_1808383005_n.jpg
Avec un bébé ou un bambin, avoir une écharpe toujours sur soi est évidemment très pratique, seulement le rangement lui n’est pas très simple surtout quand vous êtes de sortie.
A la maison, elles peuvent servir de plaid sur le canapé ou sur un lit. Elles peuvent être pliées dans un placard ou sur une étagère ou encore rangées dans un panier. Là où ça se complique c’est lorsque vous êtes dehors avec un bambin qui veut marcher par exemple ou bien un bébé qui profiter des bras de maman. On se retrouve avec un enfant d’un côté et une boule d’écharpe qui traine par terre de l’autre. Et la tâche n’est pas facilitée si vous avez des ainés à vous occuper !
Cependant il existe une solution qui consiste à tresser son écharpe. La technique est simple et rapide et cela vous permet d’obtenir un tissu bien moins encombrant, facile à transporter puisque vous pouvez la mettre sur ou dans votre sac, l’accrocher au caddie ou même l’attacher autour de votre taille.
Vous pourrez en découvrir tout le pas à pas sur cette vidéo :
 
Repost 0
Published by sarah - dans portage
commenter cet article